Ariane Généreux-Tremblay est une jeune ingénieure forestière pour l’entreprise lanaudoise Sylva Croissance. Nous avons eu la chance de la rencontrer dans son bureau, mais également en chantier, pour vous faire découvrir les réalités de son métier. Un avant-midi bien rempli!

Ariane est vraiment une personne passionnée, car elle nous a répondu automatiquement qu’elle aimait « TOUT » quand nous lui avons demandé ce qu’elle préférait de son travail d’ingénieure forestière. Ce milieu a toujours fasciné Ariane, et c’est pourquoi elle a choisi de faire ses études collégiales en bioécologie. C’est dans le cadre de ses stages en bioécologie qu’elle décide de poursuivre ses études à l’université au baccalauréat en aménagement et environnement forestiers, afin de devenir ingénieure forestière. Ce programme d’étude universitaire a plusieurs particularités, comme de nombreuses possibilités de stages, ainsi qu’une approche d’apprentissage à la fois théorique et pratique.

À titre d’ingénieure depuis 2016, Ariane est une jeune professionnelle qui travaille principalement en forêt privée et en milieu urbain. Bien que 50% de son temps soit en forêt pour effectuer la collecte de données, son rôle principal consiste à conseiller et accompagner les propriétaires de forêts privées dans le développement du plein potentiel de leur boisé. En autres, elle les informe sur la qualité de leur forêt, pour ensuite les accompagner dans les démarches nécessaires pour assurer sa santé et sa valeur économique.  Selon Clément Ricard, entrepreneur forestier ayant fait recours à l’expertise d’Ariane :

« La foresterie c’est un métier, on ne peut pas s’improviser forestier, c’est pourquoi c’est important de faire affaire avec des ingénieurs forestiers pour assurer une bonne santé de notre forêt et la rendre rentable. »

Le travail d’un ingénieur forestier

Lorsqu’elle n’est pas sur le terrain, Ariane est dans son bureau pour effectuer ses rapports, mais également réponde aux demandes de ses clients. Sylva Croissance, se démarque par leur offre de service clé en main qui permet au propriétaire de forêt de privée de se faire guider dans l’ensemble de ses travaux d’aménagement, allant de la réalisation de demandes de subventions à la recherche de contractuels pour effectuer les travaux de coupe. Autrement, elle développe son expertise auprès d’acériculteurs, afin de déterminer avec eu le potentiel acéricole. Elle travaille aussi auprès des municipalités en milieu urbain pour faire l’inventaire des arbres, mais également déterminer leur protection ou leur niveau de dangerosité.

Qualités et compétences

Selon Ariane, les qualités primordiales d’un ingénieur sont

« d’avoir une bonne écoute et une bonne capacité d’adaptation, car d’un client à l’autre, l’objectif n’est pas le même. »

En effet, certains demandent des services-conseils pour développer différents potentiels de leur forêt, que ce soit acéricole, récréatif ou économique. « Cette écoute permet par la suite de bien les préparer une fois rendu à l’étape des travaux d’aménagement » nous explique Ariane. L’adaptation ne se fait par seulement au niveau de la clientèle, mais aussi au niveau de la température :

« Qu’il fasse – 20°C, qu’il pleuve ou qu’il y ait beaucoup de moustiques, il faut quand même travailler! »

Elle ajoute que la rigueur est une compétence essentielle dans la collecte de données, car ce sont elles qui déterminent les travaux à effectuer. Ainsi, un manque de rigueur pourrait avoir des conséquences sur la flore et la faune, la sécurité de la population en cas urbain ou encore, sur les attentes de retombées financières des propriétaires de lot boisés.

La place des femmes en foresterie

La foresterie est un métier que l’on associe beaucoup aux hommes. Par contre, « il y a beaucoup plus de femmes ingénieures forestières qu’avant! À l’université on représentait le tiers des étudiants » nous a répondu Ariane. Il est même très facile de prendre sa place, l’important c’est de démontrer qu’on a les connaissances, et ce, que l’on soit une femme ou un homme.

Le rôle de l’ingénieur dans l’avenir de nos forêts

« Les forêts privées sont les forêts les plus productives et ce sont des milieux très riches en flores et en faunes » explique Ariane, et c’est pourquoi il faut en prendre soin et s’en occuper.

« Je crois que c’est important également d’aller également chercher le bois dans les forêts privées, des forêts plus productives contrairement aux forêts publiques qui sont situées loin au nord, ce qui explique leur régénération plus lente » affirme-t-elle.

Avoir un suivi de notre boisé et sa santé permet également de prévenir les maladies et prendre les précautions pour les éviter en récoltant la ressource plutôt qu’en la laissant mourir. C’est là que l’ingénieur forestier vient jouer un rôle important dans l’avenir de nos forêts…

Les milieux de travail d’un ingénieur forestier

Voici une liste de milieu dans lequel il est possible de travailler en tant qu’ingénieur forestier au Québec :

Fermer le menu