PFNL de juin : Asclépiade commune

L’Asclépiade commune est une plante herbacée qui atteint généralement une hauteur d’environ 1 mètre. Elle possède de grandes feuilles épaisses et opposées. Ses fleurs rose-mauve sont nombreuses et forment de grosses boules. Ses fruits, de couleur blanc-vert, sont souvent connus sous le nom de petits cochonnets. Ils ont une forme sphérique allongée. Ils contiennent, à maturité, des graines rattachées à des soies blanches. 

«En anglais, on les nomme communément milkweed en raison du latex blanchâtre qui

– Espace pour la vie

Habitat

L’asclépiade commune pousse généralement dans des sols sablonneux. On la retrouve en milieux ouverts. Elle affectionne particulière les terrains en friche.

Le nectar des fleurs d’asclépiades attire de nombreux insectes et animaux pollinisateurs comme des abeilles, des guêpes, des papillons, des coléoptères, des mouches et des colibris. Elle est principalement affectionnée par le monarque qui se nourrit exclusivement de cette plante. Ils pondent même directement leurs œufs sur la plante pour offrir la nourriture aux jeunes chenilles. La survie des monarques est intimement liée aux asclépiades.

Utilisation

Plante longtemps considérée comme une mauvais herbe, l’asclépiade commune est définitivement un comestible que l’on gagne à découvrir. De nombreuses parties de la plantes se transforment et agrémentent notre assiette. Les jeunes pousses se mangent comme des asperges. Les boutons floraux se mangent comme des brocolis. Les fleurs donnent un sirop délicieux. Les fruits immatures d’environ 3 à 4 cm peuvent être marinés ou servis comme légumes. Prenez note que l’ensemble des parties de la plantes contiennent un latex blanchâtre toxique. Une cuisson dans deux eaux est donc nécessaire.  

Voici une recette de salsa verde aux asclépiades marinés de Gourmet Sauvage à consulter sur le site de Ricardo : Cliquez ici

Aujourd’hui, la soie de l’asclépiade est maintenant commercialisé pour ses propriétés isolantes. On s’en sert pour le rembourrage des douillettes et des oreillers, mais aussi pour la fabrication de vêtements chauds qui repoussent l’humidité, dans l’élaboration d’isolants thermiques et acoustiques, et même comme matière absorbante dans le cas de déversements pétroliers.

PFNL de juin : Asclépiade commune