MALADIES, INSECTES RAVAGEURS ET PLANTES EXOTIQUES ENVAHISSANTES

Vous avez un arbre malade sur votre terrain ? Une plante envahit votre boisé ? Voici les principales maladies, insectes ravageurs et plantes exotiques envahissantes dans Lanaudière. Nous avons créé de cours textes qui vous éclaireront, accompagnés de liens pertinents vers de l’information supplémentaire.

MALADIES

Qu’est-ce qu’une maladie d’arbre ? | Une maladie est une anomalie ou un dysfonctionnement qui affecte les organismes vivants, que ce soit des animaux ou des végétaux. Ainsi, les arbres peuvent être malades au même titre que les humains. Ils sont, eux aussi, sujets aux bactéries et aux virus, mais aussi aux champignons et déformations génétiques. Ils peuvent même développer une production disproportionnée de cellules comme c’est le cas pour un cancer. Cela provoque généralement une déformation et/ou une dégradation de l’arbre pouvant mener à la mort. Certains symptômes ou dégradations peuvent aussi être provoqués par des conditions climatiques comme le climat, l’ensoleillement ou l’apport en eau.

CLIMATIQUES

VERGLAS

Le verglas peut provoquer de nombreux dommages à la végétation et particulièrement aux arbres. Le poids de l’eau gelée fragilise les branches  et les rend cassantes. Il peut aussi complètement détruire la cime des arbres. Lorsque les dégâts sont trop importants, l’arbre n’y survit pas. De plus, les bris occasionnés par le verglas offrent des portes d’entrée aux insectes et aux maladies (bactéries et champignons). L’arbre doit alors dépenser une quantité d’énergie considérable, afin de faire cicatriser ses blessures. Les dommages causés par le verglas peuvent se répercuter sur la santé de l’arbre plusieurs années après l’événement.

Sources

Institut de recherche en biologie végétale (IRBV)

Agri Réseau

CHABLIS

Le chablis est représenté par un ou des arbres renversés par de forts vents ou encore par la neige, l’âge, les pathogènes, etc. Cela peut affecter un seul arbre ou bien un peuplement en entier. Les forêts les plus sensibles à ce genre de phénomène sont les forêts denses, où les arbres ont poussé rapidement en hauteur pour atteindre la lumière au détriment de la croissance en diamètre qui permet de développer un tronc plus fort et plus résistant aux perturbations. Une façon de prévenir les chablis dans une forêt est de procéder à une éclaircie, afin de favoriser la croissance en largeur des arbres.

Sources 

Centre collégial de développement de matériel didactique (CCDMD)

Forêt Estrie

Office de la langue française du Québec

FEUX DE FORÊT

Les feux font partie intégrante du cycle naturel des forêts et les écosystèmes québécois y sont bien adaptés. Par exemple, les cônes de pin gris ne s’ouvrent que lors du passage d’un feu, lorsqu’ils sont exposés à une grande chaleur. Le feu permettra donc à cet arbre de libérer ses semences. Les principales causes de feux de forêt sont les activités de récréation, les résidents et finalement la foudre. Ainsi, beaucoup de feux de forêt sont d’origine humaine. La SOPFEU (Société de protection des forêts contre le feu) fait d’ailleurs beaucoup de sensibilisation auprès des utilisateurs de la forêt afin de prévenir ces incendies. C’est d’ailleurs cet organisme qui a la responsabilité de lutter contre les incendies de forêt.

Source | SOPFEU

BIOLOGIQUES

MALADIE CORTICALE
DU HÊTRE

La maladie corticale du hêtre est provoquée par l’action combinée d’un insecte et d’un champignon. La cochenille du hêtre, un insecte exotique envahissant, va causer des blessures dans l’écorce du hêtre à grande feuille en le piquant pour ensuite sucer la sève. Elle produit d’ailleurs une substance qui empêche l’arbre de cicatriser. Ces blessures sont une porte d’entrée pour des champignons qui peuvent s’y établir et provoquer un chancre, particulièrement le Neonectia faginata. On voit alors apparaître des boursouflures sur l’écorce des hêtres ainsi que des taches blanches et rouges. Les hêtres à grandes feuilles seront, pour la plupart à ce moment-là, condamnés. Il n’y a pas vraiment de solutions pour les hêtres en forêt à moins de faire une coupe d’assainissement qui ralentit la progression de la maladie. Sachez cependant que le hêtre est un arbre qui pousse facilement et certains individus (entre 1 et 3,3%) développent une résistance à la maladie. Les drageons peuvent même provoquer un envahissement de la forêt par le hêtre. Pour les arbres ornementaux, on peut appliquer un jet d’eau ou brosser l’écorce pour déloger les cochenilles. L’application d’une huile de dormance peut aussi être envisagée. 

Sources

Centre collégial de développement de matériel didactique (CCDMD)

Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec

Ministère des Richesses naturelles et des Forêts de l’Ontario

Crédit | Centre collégial de développement de matériel didactique (CCDMD) ccdmd.qc.ca

MALADIE HOLLANDAISE
DE L’ORME

Les feuilles de votre orme se flétrissent et jaunissent dès la moitié de l’été ? Il est peut-être infecté par la maladie hollandaise de l’orme. Cette maladie est provoquée par un champignon qui bloque les vaisseaux transportant la sève. Ce champignon est transporté sur l’arbre grâce à un insecte, le scolyte de l’orme et aussi le petit scolyte européen de l’orme qui est encore plus envahissant. La propagation du champignon se fait au moment où les scolytes quittent un arbre infecté pour aller s’alimenter sur les arbres sains. En effet, ces insectes sont nés sur des arbres contaminés, mais doivent se diriger vers un arbre sain à l’âge adulte. Ils propagent donc le champignon qui adhère à leur dos. 

La maladie peut s’attaquer aux trois espèces d’orme du Québec soit l’Orme d’Amérique, l’Orme liège et l’Orme rouge. Il existe des traitements préventifs, surtout utilisés en milieu urbain, qui consiste à appliquer un insecticide ainsi qu’un fongicide pour se débarrasser des scolytes et des champignons. Ceux-ci sont surtout efficaces pour les ormes dont moins de 10% de la cime est affectée. Les arbres non traités peuvent mourir en moins de deux ans.

Sources

Centre collégial de développement de matériel didactique (CCDMD)

Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec

Ressources naturelles Canada

Crédit | Centre collégial de développement de matériel didactique (CCDMD) ccdmd.qc.ca

CHANCRE
DE NOYER CENDRÉ

Le chancre du noyer cendré est provoqué par un champignon. Celui-ci est volatile et peut être transporté de nombreuses façons comme par l’eau et le vent, les insectes, les oiseaux, ainsi que par les noix de noyer infectées et transportées par les animaux. Le champignon s’infiltre dans le tronc et les branches via les fentes et les blessures naturelles ou causées par les insectes. Il s’attaque alors au bois sous l’écorce. À ce moment, on voit apparaître des plaies, les chancres, qui ressemblent à des taches noires de forme allongée. Avec le temps, les chancres prendront la forme d’une cible ovale. Finalement, un liquide noirâtre suintera des chancres. Il n’existe aucun traitement pour le chancre du noyer cendré. Le champignon d’origine inconnue est maintenant répandu dans toute l’aire de répartition de l’arbre. En 2005, le noyer cendré a été inscrit sur la liste des espèces sauvages en péril du Canada.

Centre collégial de développement de matériel didactique (CCDMD)

Ressources naturelles Canada

INSECTES RAVAGEURS

Qu’est-ce qu’un insecte ou animal ravageur ? | Il s’agit d’un insecte ou d’un animal qui, par son alimentation ou par la fabrication d’abris, représente un danger pour les cultures ou les arbres et qui peut les détruire. Ils peuvent être indigènes ou introduits. Souvent, les insectes ravageurs exotiques sont plus nocifs, car ils n’ont pas de prédateurs ou de parasites contrôlant leur population. Certains dommages peuvent entraîner la mort de l’arbre, ouvrir la porte aux maladies ou encore l’affaiblir et le rendre plus fragile à d’autres perturbations.

AGRILE
DU FRÊNE

L’agrile du frêne est un coléoptère vert métallique originaire d’Asie du Sud. Il serait probablement arrivé en Amérique par des emballages de bois importés. Cet insecte ravageur dévore les feuilles des frênes et la larve se nourrit de l’écorce interne et de l’aubier, ce qui bloque la circulation de la sève. Un frêne infesté meurt, en général, après 2 ou 3 ans. Dans le cas d’une grosse infestation, il peut même mourir après seulement 1 an. Après son arrivée dans une région, l’agrile peut décimer 99% de la population de frênes en 8 à 10 ans! L’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) a mis en place divers moyens de lutter contre ce ravageur.

Sources 

Agence canadienne des inspections et des aliments

Groupe Ferti

TORDEAUSE DES BOURGEONS DE L’ÉPINETTE

La tordeuse des bourgeons de l’épinette est un papillon de nuit indigène. C’est lors de son stade larvaire, sous forme de chenille, qu’elle s’attaque aux aiguilles des conifères. Malgré son nom, la chenille se nourrit surtout des aiguilles de sapin baumier. Elle s’alimente aussi des aiguilles d’épinettes blanches, rouges et noires. Les épidémies durent plusieurs années et reviennent en général aux 40 ans. À ce moment, les peuplements denses de sapin peuvent être presque entièrement décimés, la mortalité atteignant parfois 95% des sapins. Ces épidémies affectent grandement le domaine forestier, car elle implique une grande quantité de bois perdue, ainsi qu’un risque accru de feux de forêt.

Sources 

Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs

Ressources naturelles Canada

livrée des forêt, insectes ravageurs, maladie arbre

LIVRÉE
DES FORÊTS

La livrée des forêts est un papillon de nuit qui, à l’état larvaire, chenille, s’attaque aux feuilles de peuplier faux-tremble, de chêne, de frêne, d’érable et de bouleau blanc. Les chenilles sont grégaires (vivent en groupe), ainsi, elles sont faciles à repérer. Une infestation peut durer jusqu’à 6 ans, bien que cela ne dépasse rarement que 3 ans. Ensuite, l’infestation reviendra tous les 10 à 12 ans. Bien que cette chenille puisse manger pratiquement toutes les feuilles d’un arbre, il est rare que celui-ci en meurt. En effet, il sera en mesure de produire de nouvelles feuilles au courant de la saison et sinon l’année suivante. Cependant, sa croissance en sera ralentie.

Source | Ressources naturelles Canada

PLANTES ENVHISSANTES

Qu’est-ce qu’une plante exotique envahissante ? | Il s’agit d’une plante qui a été introduite (volontairement ou non) hors de son aire de répartition naturelle. Elle se reproduit rapidement et s’adapte généralement à plusieurs milieux. Elle envahit les milieux au détriment d’espèces indigènes. De plus, ces plantes peuvent être nocives pour l’environnement ou même pour la santé. Une fois installées, elles sont extrêmement difficiles à éradiquer. L’idéal est tout simplement d’éviter leur introduction ou leur propagation.

ROSEAU COMMUN
(PHRAGMITE)

Le roseau commun, aussi appelé phragmite, est une plante exotique envahissante provenant d’Eurasie. Cette plante colonise généralement les milieux humides et le bord des cours d’eau, éradiquant par le fait même la quenouille, ainsi que d’autres espèces indigènes du Québec. Le roseau se reproduit rapidement, ce qui en fait un redoutable compétiteur. Cette plante a d’ailleurs deux modes de reproduction. Le premier est par ses rhizomes, c’est-à-dire, une tige souterraine qui produit de nouvelles tiges. Le second est par les milliers de graines produites par chaque plant et qui se dispersent avec le vent et l’eau. Même un petit fragment de plante peut générer un nouveau plant. Il est possible d’en freiner la propagation. Voyez comment ici

Sources 

Conseil de l’environnement de l’Estrie

Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec (CRAAQ)

NERPRUN

Le nerprun bourdaine est un des pires arbustes envahissants de nos forêts. Il a été introduit de l’Europe et se propage sans prédateurs naturels. Capable de coloniser une grande variété d’habitats, il nuit au développement de plusieurs espèces indigènes en leur faisant de l’ombre. Il risque de provoquer des pertes au niveau de la biodiversité. De plus, il se reproduit à une vitesse phénoménale pouvant produire plus de 1800 fruits par année qui contiennent entre 2 et 3 graines chacun. Cela est sans compter son taux de germination extraordinaire de 90%! Il peut en plus se reproduire de façon végétative, soit par drageonnement ou par marcottage. Il possède également une croissance très rapide de 4 mètres de hauteur en seulement 5 ans! 

Sources 

Syndicat des producteurs de bois de l’Estrie

Conseil régional de l’environnement région de la Capitale-Nationale

RENOUÉE DU JAPON

La renouée du Japon fait partie du top 100 des pires espèces envahissantes au monde selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Il s’agit d’une plante originaire d’Asie de l’Est d’où son nom. On l’a importée en raison de sa beauté, ses grandes feuilles et ses jolies fleurs blanches. Cependant, sa dispersion est vite devenue incontrôlable. Elle se reproduit grâce à des rhizomes, tiges souterraines, qui peuvent se propager jusqu’à 10m de diamètre et 3m de profondeur. De minuscules fragments peuvent former de nouveaux plants ce qui rend son élimination extrêmement difficile.

Sources

Conseil régional de l’environnement de l’Estrie

Espace pour la vie