Conférence – Comment des espèces en péril pourraient devenir des réfugiés climatiques

Cliquez pour voir la carte
Quand :
25 janvier 2018 @ 10 h 30 min – 12 h 00 min
2018-01-25T10:30:00-05:00
2018-01-25T12:00:00-05:00
Où :
Association forestière de Lanaudière
1700 Grande Côte
Berthierville, QC J0K 1A0
Canada
Coût :
Gratuit
Contact :
Jean-Philippe Goyet
450 836-1851, poste 3

Le 25 janvier 2018, de 10h30 à 12h, l’AFL projettera une conférence forestière dans ses locaux du 1700 Grande Côte à Sainte-Geneviève-de-Berthier et elle convie tous les intéressés à y assister. Cette conférence est produite par le Service canadien des forêts – Centre de foresterie des Laurentides.

**Inscription requise**

Comment des espèces en péril pourraient devenir des réfugiés climatiques

Conférenciers : Yan Boulanger, chercheur scientifique, RNCan, SCF-CFL et Junior Tremblay, chercheur scientifique, ECCC

Au cours des prochaines décennies, les changements climatiques (CC) risquent de représenter une menace pour la biodiversité de la forêt boréale canadienne. Parmi ces menaces figurent des changements importants dans la répartition et l’abondance des habitats forestiers. Ceux-ci risquent d’être fortement influencés par les changements dans le régime de perturbation naturelle (ex. : feux, ravageurs) de même que par l’impact des CC sur la croissance et la compétitivité des essences forestières. L’évaluation de ces impacts doit être effectuée en considérant les pratiques forestières, lesquelles peuvent moduler la réponse des habitats aux CC, et par conséquent la biodiversité. Le rétablissement des espèces en péril est une priorité d’Environnement et Changement climatique Canada (ECCC). Ainsi, il est impératif de comprendre le rôle des perturbations naturelles et anthropiques sur le potentiel de rétablissement des espèces dans un contexte de CC. Nous utilisons un modèle de paysages forestiers afin de projeter les habitats pour plusieurs espèces boréales au Canada incluant le pic à dos noir (Picoides arcticus), le caribou forestier (Rangifer tarandus) et la grive de Bicknell (Catharus Bicknelli). Nos résultats démontrent que les CC auront un impact important, plus souvent négatif, sur les habitats de ces espèces. Par contre, les coupes forestières joueront un rôle quasi aussi important, sinon plus, sur la disponibilité de ces habitats. Une adaptation des pratiques forestières est donc primordiale dans l’élaboration de stratégies de rétablissement des espèces en péril et de protection de la biodiversité dans un contexte de CC.